Kanji Grillon en pleine Action !
Découvrez les principaux résultats en « individuels » des Karatékas français aux championnats d’Europe de Karaté 2015 à Istanbul !

Kenji Grillon : un retour prometteur

Il était venu à Istanbul pour glaner l’or, comme d’habitude serait-on tenté de dire. 14 mois après sa rupture des ligaments du genou droit, 5 mois après sa 1ère compétition post blessure, le champion du monde 2012 et champion d’Europe 2013 était dans les starting-blocks.
Malheureusement pour lui, il y est resté bloqué, dominé 4-3 dès le 1er tour par l’Italien Maestri. « J’ai très mal géré ce 1er combat », pestait-il. « Je me suis montré tel un diesel alors qu’il fallait être dedans tout de suite. C’était le tour le plus compliqué de mon tableau. Après, c’était dégagé. Ca m’énerve car j’avais une belle opportunité et j’aurais dû la saisir. Je suis d’autant plus frustré que je l’ai toujours battu sans difficulté. »

kanji grillon championnat istanbul

Il aura eu toute une journée pour méditer avant d’attaquer les repêchages. Et, là, c’était un autre homme qui se présentait sur le tatami, un patron, ce qu’il était avant sa blessure, ce qu’il va certainement redevenir bientôt.
Pour l’instant, suite à ses succès en repêchages sur le Portugais Hernandez (2-0) puis l’Ukrainien Horuna (1-0), Kenji Grillon, 25 ans, va s’atteler à remporter une médaille de bronze samedi face au Kosovar Karaqi. « Après tout, revenir avec une médaille après quasiment un an d’absence, ce n’est
pas si mal. Sans parler de la compétition par équipe demain (vendredi). On a un nouveau groupe, assez jeune mais pourquoi pas faire le casse du siècle ? » La machine est relancée !

Minh Dack visera son 10e bronze

Minh Dack Istanbul 2015

Il en a fait une tradition mais ne parvient pas à s’y habituer. Minh Dack, 32 ans, a été éliminé en ½ finale des championnats d’Europe de Karaté (19 au 22 mars à Istanbul, Turquie) par le champion d’Europe 2013 espagnol, Hugo Quintero (5-0), après avoir dominé le vice-champion du monde
allemand Smorguner (4-1), le Hongrois Nagy (5-0) et le Russe Rzaev (5-0).

Samedi, le vice-champion du monde 2012 et médaillé de bronze aux Mondiaux 2014 visera sa… 10e médaille de bronze à l’échelle continentale. « Cela va être difficile de me reconcentrer », déclarait le Néo-Calédonien quelques minutes après sa défaite. « La déception est d’autant plus grande que

j’étais vraiment en forme, même mieux qu’aux Mondiaux de Brême (en novembre). Je me suis trouvé bien. » Mais cela n’a pas suffi face à son alter ego Shito Ryu. En repêchages, il a nettement dominé l’Azerbaïdjanais Baljanli (4-1). Pour obtenir sa 11e breloque consécutive à un Championnat d’Europe (9 en bronze et une en argent en 2013), il devra dominer l’Italien Busato, vice-champion d’Europe Espoirs en 2013.

Sandy Scordo en lice pour le bronze

Sandy Scordo Istanbul 2015
La double vice-championne du monde (2012, 2014) n’obtiendra pas encore cette année son premier titre continental à l’occasion des championnats d’Europe de Karaté qui se déroulent du 19 au 22 mars à Istanbul (Turquie).

Sandy Scordo, 29 ans, a été dominée dès le 1er tour par la jeune Espagnole Sanchez Jaime (4-1).

Pourtant, la veille de la compétition, La Française était confiante. Elle se sentait même mieux qu’aux Mondiaux de novembre. Trop peut-être. Débarrassée de son éternelle rivale, l’Espagnole Abello, Sandy Scordo savait que son tableau serait difficile mais cela ne l’inquiétait pas outre mesure.

Son 1er tour était peut-être le plus facile à aborder. Elle avait dominé la jeune Ibère par deux fois ces dernières semaines, notamment à l’Open de Doha en février. Ce ne devait être qu’un échauffement.

Mais Sandy Scordo est apparue en dedans sur le tatami. « Je n’étais pas du tout stressée. J’ai même bien dormi, contrairement à d’habitude. Mais j’ai voulu trop bien faire. J’étais dans la retenue, dans le contrôle. Je ne me suis pas lâchée. Je ne me suis pas assez ouverte pour donner des informations aux arbitres. Je suis très déçue. »
La Française est parvenue à rester concentrée pour les repêchages, remportant ses deux tours sans souci (4-1 contre la Slovaque Longova puis la Macédonienne Jovanoska). Elle sera donc à nouveau en lice samedi 21 pour le gain de la médaille de bronze face à l’Allemande Bleul, 3e des derniers
championnats du monde.

Steven Da Costa, volé et peut-être bronzé

Steven Da costa Istanbul 2015

C’est le nouveau joyau de l’équipe de France, qui n’avait pas eu en son sein un tel talent pur depuis Seydina Baldé au début des années 2000. Steven Da Costa, 18 ans en janvier dernier, était sélectionné pour la première fois à un championnat international Senior. Et alors ?… Rien ne semble faire peur à ce diamant poli à l’Ura Mawashi.

Malgré son jeune âge et son manque d’expérience, le Lorrain n’avait qu’une ambition qu’il revendiquait sans gêne : devenir champion d’Europe Senior (-67 kg). La veille du tournoi, à l’hôtel, il reconnaissait lui-même, qu’en senior, « il faut plus d’analyse, d’intelligence de combat donc d’expérience mais (qu’il) n’avait rien à perdre ».

Si ce n’est une invincibilité qui dure depuis 2012, soit quasiment trois ans. Triple champion d’Europe (Cadet en 2012, Junior en 2013 et 2014), champion du monde Junior (en 2013), il s’est même octroyé la Coupe de France Senior en décembre dernier. Mais, en Turquie, lors de ces Championnats d’Europe, il est tombé sur un os : un Turc à la maison.
Magnifique vainqueur du Macédonien Crnicik au 1er tour grâce, notamment, à deux Ura Mawashi jambe avant, son spécial (10-2 en moins de 2 minutes), il retrouvait Uygur au 2nd tour. Mené 2-0 sans que l’autochtone ne démontre quoique ce soit, le Français avançait sans cesse et finissait par revenir au score à 5 secondes de la fin sur un Mawashi au corps (2-2). Décision… devinez… 4 drapeaux pour le Turc, un seul pour Steven Da Costa.

Immérité ! « C’est injuste ! », clamait-il après coup. « C’est une grosse, grosse déception car je n’étais pas venu pour tenter d’accrocher une médaille mais le titre. J’avais la capacité d’aller au bout. Le Turc a fui tout le combat. Il n’a jamais été sanctionné ! Et la décision… Même quelqu’un qui ne fait pas de Karaté n’aurait pas mis le Turc. Je suis le dernier à contester l’arbitrage mais, là, non ! ».

Remonté comme un coucou, Steven Da Costa n’a ensuite fait qu’une bouchée de ses adversaires en repêchages : 2-0 face au Slovène Railic puis 8-1 (un Ura et un Mawashi) contre l’Autrichien Pokorny. Il a déjà donné rendez-vous samedi. Vous l’aurez compris, dans son esprit, il est hors de question de s’incliner face à l’Espagnol Rasero pour le gain de la médaille de bronze !

Article Réalisé par Ludovic Mauchien pour le Blog dragon Bleu.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s