Résultats équipe france karaté
Revivez le parcours de l’équipe de France masculine en Kumite aux championnats d’Europe de Karaté à Istanbul.

Euro : France vs Turquie en finale

France vs Turquie. On ne pouvait rêver plus belle affiche pour la finale du tournoi par équipe masculin des 50e Championnats d’Europe de Karaté qui se déroulera dimanche à la Sinan Erdem Arena d’Istanbul.
Si la présence des vice-champions d’Europe et médaillés de bronze mondiaux turcs, archi favoris à domicile, est tout sauf une surprise, celle de la France en constituait une de sympathique.
Emmenés par le double champion d’Europe et du monde, Enes Erkan, invaincu tout au long de la journée, les Turcs ont successivement dominé Russes, Bosniaques et Serbes pour s’offrir le droit de prendre leur revanche sur la France. Les Tricolores les avaient dominés en finale des Championnats du monde à Bercy, en 2012. Une défaite qui leur est resté en travers de la gorge.
Des champions du monde, seuls Kenji Grillon, Nadir Benaissa et Logan da Costa sont encore de la partie. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle cette équipe de France en reconstruction n’était pas attendue à ce niveau. Amin Bouazza (19 ans), Marvin Garin (21 ans) et Lou Lebrun (19 ans en janvier dernier) disputaient leur première compétition en équipe Seniors. Quant à Lionel Nardy, il n’avait plus été sélectionné depuis la médaille d’argent en 2011.

Victoire en ¼ contre les vice-champions du monde

résultats europe équipe de france

Un amalgame entre jeunes pousses et vieux loups qui a magnifiquement porté ses fruits. Faciles vainqueurs des Polonais au 1er tour (3-0, victoires de Nardy, Grillon et Garin), les Français se sont ensuite payés ni plus, ni moins, les vice-champions du monde allemands. Mais il a fallu attendre l’ultime combat d’un Kenji Grillon impérial pour que le succès se dessine.
Au 1er combat, Benaissa, mené 3-0, obtenait le nul dans les dernières secondes (3-3). Puis Garin s’inclinait face au triple champion d’Europe (2010, 2011, 2012), Jonathan Horne (5-0). Logan Da Costa remettait la France à niveau avec un succès sur le médaillé de bronze mondial, Bitsch (3-1). A la 4e joute, le jeune Bouazza obtenait un nul (2-2). L’Allemagne menait alors aux points (2 victoires partout, 11-8). Kenji Grillon n’avait pas le droit à l’erreur. Il n’en commit aucune et se joua de son adversaire, dominé 4-0.
En ½ finale, la tâche s’annonçait ardue contre les champions d’Europe en titre azerbaïdjanais. Mais, à cœur vaillant, rien n’est impossible. Pourtant, l’affaire était très mal engagée après les deux défaites initiales de Garin (4-8) et du tout jeune Lou Lebrun face au quadruple champion du monde, Rafaël Aghayev (2-3).
Les anciens prirent alors le relais. Kenji Grillon ne trembla pas face au rugueux Mamayev et l’emporta 2-0. Les Français respiraient encore. Cap’tain Benaissa alla ensuite puiser au plus profond de lui-même pour accrocher la victoire à… 4 secondes de la fin (2-1). Une nouvelle fois, tout allait se jouer lors de l’ultime joute. Logan Da Costa ne se posa pas de questions et ne fit qu’une bouchée du poids lourds Atamov (6-1) pour propulser la France en finale.

Grillon : « le casse du siècle »

Kenji grillon championnat europe karaté

Les Tricolores venaient de créer l’un des plus beaux exploits de ce tournoi et pouvaient laisser éclater une folle joie, Kenji Grillon en tête : « Il fallait montrer la voie aux jeunes et assumer le rôle d’anciens pour faire le casse du siècle. On l’a fait ! On savait que l’on n’avait pas de marge de manœuvre. Je leur ai dit qu’il ne fallait pas faire comme moi hier en individuel. Je voulais monter de niveau au fur et à mesure et j’ai été sorti au 1er tour. J’ai bien insisté sur le fait qu’on ne devait avoir aucun regret, qu’il fallait tout donner dès le début pur ne pas avoir que ses yeux pour pleurer. C’est vrai que j’étais revanchard car j’ai un goût d’inachevé suite à l’indiv’. Mais ce n’est pas fini. Il y a cette finale dimanche. On tape les Turcs à Bercy et ils n’ont pas oublié ; A nous d’être fort ! ».
En tout cas, eux auront l’occasion de défendre leurs chances, ce qui ne sera pas le cas de leurs homologues féminines (Aït Ibrahim, Florentin, Ignace, Recchia), éliminées dès le 1er tour par l’Allemagne. Quand l’équipe Kata masculine (Jeannot, Montarello, Zemouri), dominée en ½ finale par l’Espagne (5-0), elle tentera de décrocher une médaille de bronze face à la Macédoine.

La Turquie domine la France

Turquie vs France

La finale du Kumite par équipe ne manquait pas d’attrait dimanche à Istanbul, pour la clôture des Championnats d’Europe de Karaté. Si la France gagnait, elle terminait 1ère nation de cette 50e édition. Si la Turquie l’emportait, elle grillait la politesse aux Tricolores pour remonter à la 2e place du classement.
Pour le remake de la finale mondiale 2012, remportée par la France, les Turcs étaient sur le pied de guerre. Les Français n’avaient, de leur côté, rien à leur revendre. Le spectacle et le suspense furent à la hauteur de la rivalité entre les deux équipes.
1er combat. Le jeune Bouazza (19 ans) est opposé face au double champion du monde et d’Europe, Enes Erkan. Frustré de sa défaite en finale des lourds la veille, le Turc ne fit pas dans la dentelle et matraqua le Français pour finalement l’emporter avant la limite (10-1 à 2 secondes de la fin). Turquie : 1 ; France : 0
2e combat : Kenji Grillon, en patron, se doit de combler le retard. Il s’y attela avec brio. Incisif, très concentré, il infligea un 8-3 à Sahintekin. Turquie : 1 ; France : 1.
3e combat : le benjamin de l’équipe de France (19 ans en janvier) ne parut guère impressionné par l’événement qu’il vivait. Lou Lebrun, opposé à Yagci, fit preuve d’une maturité et d’une maîtrise impressionantes pour mener 5-0 avant de gagner 8-2. Ca sentait bon pour les Français… Turquie : 1 ; France : 2.
4e combat : Cap’tain Benaissa, pour sa der, était surmotivé. Une victoire et cela en était fini. L’opposition avec Kaptan fut âpre. Mais le Français ne parvint pas à imposer son Karaté et s’inclina 3-2. Turquie : 2 ; France : 2.
5e combat. Cette ultime joute est décisive. Le vainqueur fait gagner son équipe. Un match nul favorise la France, qui possède un tout petit point d’avance. Logan Da Costa est prêt mais c’est Gunduz qui marque le 1er point. Le Tricolore égalise rapidement. Le Turc marque à nouveau sur un Kizami (2-1). Il reste 1’03 ». Il y a le temps… Mais le Français ne parvient pas à cadrer son adversaire. la Turquie prend sa revanche et est sacrée championne d’Europe chez elle.

Ils ont dit
Enes Erkan : « J’étais très en colère d’avoir perdu ma finale individuelle (contre le Croate Bitevic). Cela m’avait affecté. Je tenais à entendre l’hymne turc. Ce fut une rencontre difficile, serrée. Personnellement, j’avais envie de me rattraper et j’ai fait un très bon combat. Je pense que la différence s’est faite sur l’envie. On en avait un peu plus que les Français. Je suis très, très heureux. »

Kenji Grillon : « J’étais venu pour réaliser le doublé. Je repars certes avec deux médailles mais aucune en or. Je ne peux pas dire que je sois satisfait. L’or nous échappe, c’est dur. Une finale, cela se gagne. C’est normal d’être dégoûté sur le coup. D’autant plus que je sentais bien l’équipe. On connaît la tension qui existe entre la France et la Turquie. Il y a une grosse rivalité. On s’était fixé le défi de les éteindre chez eux. Et cela se joue à rien. Je trouve que l’on n’est pas récompensé. On a fait un beau parcours. On doit tous progresser ensemble pour gagner à Montpellier l’an prochain. »

Par Ludovic Mauchien à Istanbul

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s