Johnny Hendriks
Johnny Hendriks lors de la pesée - Sec et affûté

Introduction :

Le Cutting est une technique le plus souvent utilisée en sports de combat, permettant de perdre du poids et de le regagner dans un très court laps de temps en vue d’une compétition.

  • Dans de nombreux sports, les divisions entre les sportifs sont déterminées par les catégories de poids, et principalement dans les sports de combats
  • La volonté de ce principe étant de réaliser des combats équilibrés ou les opposants seraient de même corpulence et de même force.
  • La posture optimale serait effectivement de présenter une masse corporelle faible constituée d’un maximum de masse maigre (masse musculaire) au détriment de la masse grasse.
  • Définition : « Une perte de poids chez le sportif consiste à perdre de la masse grasse tout en conservant la masse musculaire et en maintenant le niveau de performance »
    • source : Véronique Rousseau. Perte de poids chez le sportif – INSEP – Collection bien être du sportif, Avril 2009. p.2
  • Obtenir ainsi le rapport poids/puissance idéal !
  • Obtenir le rapport poids/taille idéal !
  • Le perte de poids et le « cutting » sont aujourd’hui entrés dans les uses et coutumes des sports de contacts et parfois même au détriment de l’intégrité des combattants.
Masse ou composition corporelle
  • La masse corporelle
    • La donnée de base : le poids
    • Même si la simple connaissance de cette donnée peu paraitre anodine elle doit quand même s’accompagner d’un protocole strict afin de déterminer la mesure la plus exacte possible.
    • Tout d’abord il fait réaliser la mesure à heure fixe sur un pèse personne de bonne qualité que l’on peut considérer comme fiable.
    • De nombreux pèses personnes vendus dans le commerce sont malheureusement moins fiables que ceux que l’on trouve dans la majorité des organisations et qui coutent souvent plusieurs centaines d’euros.
    • Procéder à la mesure après l’entrainement ne reflète pas le poids de forme – la sudation consécutive à l’entraînement induit une perte d’H2O qui va diminuer la masse corporelle.
    • Il est nécessaire de réaliser la mesure à heure fixe, le matin à jeun par exemple après le réveil.
    • Une prise de mesure 1 fois par semaine suffit
      • source : Véronique Rousseau. Perte de poids chez le sportif – INSEP – Collection bien être du sportif, Avril 2009. p.3
  • La composition corporelle
    • Seule une connaissance de la composition corporelle peut nous renseigner sur les pertes envisageables
      • Quantité de masses grasses à perdre éventuellement.
      • Quantité d’eau (intra et extra cellulaire) présente dans l’organisme. Il sera possible en dernier recours de mobiliser ce volume afin de faire varier la masse corporelle.
    • Mais les méthodes de mesure de la composition corporelle utilisées sur le terrain sont finalement peu fiables (balances impédancemètre ou pince de mesure des plis cutanés).
    • Des méthodes de mesure très précises existent mais demeurent très onéreuses ( tel que le DEXA : Absorption biphotonique à rayon X).
Johnny Hendriks légèrement en surpoids quand il est hors période de préparation
Johnny Hendriks légèrement en surpoids quand il est hors période de préparation

 

Johnny Hendriks
Johnny Hendriks lors de la pesée – Sec et affûté

 

Anthony Johnson, adepte du cutting, surf régulièrement sur des catégories de poids différentes
Anthony Johnson,  habitué des changements de poids, combat desormais dans la catégorie Light heavyweight de l’UFC

 

Anthony Johnson
Anthony Johnson lorsqu’il évoluait chez les poids lourds
Le principe utilisé
  • Le principe est simple : dans un premier temps limiter l’apport calorique en vue de mobiliser les réserves lipidiques (perte de masse grasse). Le combattant surveille ses apports alimentaires de manière à dépenser plus d’énergie qu’il en ingère. La période de préparation de combat se prête facilement à la dépense énergétique !
    • D’après une étude « Comparing diet and exercice as weight reduction tools » datée de 1976 une diminution faible des apports associée à une augmentation des dépenses dans les même proportions serait la méthode la plus efficace pour perdre du poids tout en conservant sa masse musculaire.
  • Conserver un proportion de protéines suffisantes : pour ne pas trop perdre en masse musculaire.
  • La déplétion glycogénique : utilisation massive des réserves de glycogène musculaire
    • Régimes alimentaires ou les hydrates de carbone sont réduits, CDR (Carbohydrate-restricted diet).
    • « Les CRD peuvent être une solution pour les pertes de poids à court terme, avec une limitation des déficits de puissance et de performance (…) Un régime CRD de 7 jours peut remplacer les methodes de perte de poids qui consistent en une déshydratation sévère avant la compétition. »
    • 1 kg de muscle contient jusqu’à 18 grammes de glycogène (glucide complexe qui stocke l’énergie utile à l’effort) – une réduction du stock musculaire d’hydrates de carbone affecte la masse corporelle à la baisse mais va engendrer une altération de la performance.
  • Dans un second temps – si nécessaire –  une réduction de l’apport hydrique et une augmentation de la sudation , par la voie de l’exercice (course, séance technico tactique ou corde avec ensemble de sudation par exemple) ou par des techniques telles que les bains de chaleur sèche : le sauna (augmentation de la sudation au sauna en dilatant les pores de la peau).
Les accessoires pour réaliser un bon cutting :
combinaison de sudation bad boy
La combinaison de sudation augmente la chaleur corporelle
corde à sauter Excellerator
La corde à sauter est l’élément indispensable pour commencer à perdre du poids
drainaxyl 500
Le Drainaxyl nettoie l’estomac et permet une perte de poids saine

 

100% whey gold Optimum Nutrition
La protéine nourrit le muscle pour conserver sa masse musculaire lors de la perte de poids

 

Les éléments prendre en compte dans le plan de gestion du poids
  • L’échéance de la compétition :
    • dans quelques mois.
    • dans quelques semaines.
    • permet d’adapter la consommation calorique en fonction de l’échéance.
  • La catégorie :
    • Les kilos qui nous séparent de la catégorie souhaitée.
    • Permet de déterminer la stratégie à envisager pour la perte attendue.
  • La fréquence des compétitions :
    • Avec de déterminer un plan de gestion du poids.
    • Il ne faut pas « stresser » l’organisme avec des régimes à répétitions qui peuvent conduire à une altération de la santé du combattant si la gestion n’est pas soumise à l’expertise d’un professionnel de la santé et de la nutrition.
  • Le type de compétition, qui influence notamment l’influence de l’apport hydrique et glucidique indispensable.
    • Est-ce un tournoi ?
      • diffusion lente des glucides pendant plusieurs heures.
      • apport constant d’eau pendant plusieurs heures.
    • Un seul combat dans la soirée ?
      • nécessite d’un stocks de glucides immédiatement mobilisables.
  • L’environnement :
    • La saison : il est plus délicat de gérer les pertes hydriques en fonction de la température (chaud/froid) : sudation excessive en été ou sous les climats chauds et ralentie en hiver.
    • A noter aussi que les déplacements vers le lieu de la compétition (voiture, avion, …) entrainent aussi une perte d’eau qui doit être prise en compte dans le plan de gestion du poids.
  • La date de la pesée :
    • le plan de gestion du poids doit prendre en compte le « rebond », action qui consiste à reconstituer les réserves en eau et en sucres de l’organisme.
    • la date est déterminante si la perte de masse corporelle repose sur la déshydratation.
    • Il est indispensable que le combattant restaure :
      • la quantité d’eau corporelle.
      • le stock de glycogène musculaire.
    • le jour du combat.
    • la veille du combat.
  • L’individu :
    • En effet chaque individu réagit différemment.
    • il est nécessaire de bien se connaitre et d’être bien conseillé et entouré afin de minimiser les risques et augmenter l’efficacité de cette gestion du poids.
Le bon équilibre
  • l’eau représente 50 à 75% de la masse corporelle.
  • une déshydratation excessive peut entrainer :
    • maux de tête.
    • irritabilité.
    • fatigue accrue.
    • 2% d’eau en moins amène une soif intense, le rendement de l’effort peut diminuer de 20%
      • en fait 1,4 litre de sueur pour 70Kg.
      • srce :Ferré & Leroux. Préparation aux diplômes d’éducateur sportif, Tome 1 – Amphora,Septembre 2009. p.291
  • Une réduction trop importante des hydrates de carbone
    • prive le muscle de l’énergie indispensable à l’effort.
    • altère la concentration.
    • perception excessive de l’effort.
    • altération de la récupération.
    • augmentation de la fatigue.
Pour conclure 
  • Le recours au « cutting » n’est pas indispensable, certains combattants professionnels ( comme Floyd Mayweather par exemple) ont un poids de forme légèrement supérieur à la poids de compétition.
  • Une connaissance parfaite de son corps est nécessaire.
  • Le jour du combat est celui ou le combattant doit être au plus haut son l’échelle de la performance, sacrifier les stocks d’énergie présents dans l’organisme serait un « suicide sportif ».
  • Le volume d’eau corporelle est lui aussi déterminant au regard de la performance, altérer ce volume peut s’avérer néfaste voire dangereux pour la santé du combattant.
  • La perte de poids devrait se situer entre 500 et 900 grammes  par semaine sans dépasser 1,5% de poids de corps par semaine.
    • source : Véronique Rousseaux. Perte de poids chez le sportif – INSEP – Collection bien être du sportif, Avril 2009.
  • Il est primordial de conserver le niveau de performance lors de la perte de poids.
  • Les combattants professionnels sont entourés et encadrés par d’autres professionnels (médecins, diététiciens, nutritionnistes) pour les accompagner lors de leur perte de poids.
  • Les régimes utilisés dans des sports ou la composition corporelle a une finalité esthétique (comme le bodybuilding par exemple) sont totalement incompatibles avec la pratique sportive des sports de combats compte tenu de la dépense énergétique mobilisée lors du combat.
  • Le recours à la réhydratation et réplétion glucidique par perfusion compte tenu de la proximité existant entre la pesée et la date du combat est un acte médical qui s’accompagne de nombreuses mesures et doit être exécuté par un professionnel de la santé.
  • On assiste à une dérive des comportements concernant la gestion du poids en complétion au détriment de la santé des combattants. De nombreuses instances et fédérations ont ouvert des commissions permettant de limiter l’impact négatif de ces pratiques.

par Lionel Brézéphin,
Préparateur Physique

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s