Crédit photo istockphoto.com/Smitt
La rentrée sportive bat son plein, et avec elle son lot de bobos et douleurs diverses. Ces petits tracas peuvent nous empêcher de profiter pleinement de notre séance d’entraînement. Voici quelques pistes pour les soulager…

Les courbatures
Ce sont des douleurs musculaires généralement sans gravité, consécutives à un effort important, lorsqu’un muscle n’est pas habitué à être sollicité.
Les causes de ces douleurs sont:
-de petits épanchements de sang provoqués par la rupture des capillaires sanguins (réseau qui irrigue les muscles)
-des micro-traumatismes entraînant une lyse (éclatement de la membrane) des cellules musculaires
Contrairement aux idées reçues, l’acide lactique n’est pas responsable des courbatures. Ce dernier disparaît environ une heure après l’effort, bien avant l’apparition des courbatures. 
On peut difficilement les éviter, mais il existe quelques astuces pour en réduire l’intensité et la durée. 
-L’hydratation est un élément essentiel du processus de récupération
-des étirements ciblés permettent d’atténuer les sensations de raideurs
-faire le plein de protéines ainsi que de vitamines et de minéraux des fruits et légumes pour régénérer les muscles. 
-des massages à l’huile camphrée (comme l’huile Namman) pour chauffer et contracter les zones douloureuses. 
-alterner les entrainements avec des séances de natation, la pesanteur dans l’eau soulage les articulations et les muscles.
Les courbatures sont les plus douloureuses après 24 à 48 heures et peuvent durer jusqu’à 1 semaine. Avec la pratique elles seront moins intenses et disparaîtront plus rapidement. Mais inutile de brûler les étapes, respecter des temps de repos, les courbatures sont un signal qui exhorte le corps à se reposer. 
Ecchymose / Hématome

Ce sont des lésions sans rupture de la peau qui se caractérisent par une coloration et un renflement de la zone. A la suite d’un coup, un excès de fluide peut s’accumuler et former une bosse appelée hématome. Il résulte de la rupture de vaisseaux sanguins. Le froid est le meilleur allié pour lutter contre ces contusions durant les premières heures après le traumatisme. On applique aussi communément des pommades à base d’arnica, une fleur aux vertus analgésiques et anti-inflammatoires. Une légère compression et surélévation sur la zone peut permettre à la bosse de dégonfler.

Le meilleur moyen de s’en préserver reste bien évidement d’adopter un matériel de protection adapté.
Phlyctène plus communément appelée ampoule ou cloque
C’est une lésion de la peau, une élévation circonscrite de l’épiderme. Elle peut être causée par des frottements répétés, une brûlure, le gel…  Les pieds en sont souvent la cible, particulièrement dans les arts martiaux puisque la plupart des disciplines se pratiquent pieds nus. La répétition des mouvements, peut créer des échauffements qui se transforment en ampoules. 
En prévention, il existe des pansements hydrocolloïdes, et des crèmes anti-frottements qui peuvent retarder leur apparition. 
Mais quand la prévention ne suffit pas et qu’une ampoule s’est formée, il faut la percer avec une aiguille, une fois la zone et l’instrument désinfectés. Puis il est nécessaire d’y appliquer un antiseptique du type Éosine ou Betadine et un pansement pour protéger la plaie des bactéries. La plaie séchera et la peau tombera d’elle même, l’arracher expose la chaire à vif aux bactéries, et donc à un risque d’infection. Renouveler le traitement jusqu’à la cicatrisation complète qui prend en général une dizaine de jours.
Aller, c’est reparti ! Tout le monde à l’entraînement !
Sources Wikipedia

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s